retrecir le texte agrandir le texte
imprimer cet article Imprimer | envoyer à un ami Envoyer à un ami | flux rss | Partager
Sophia Antipolis partenaire de Saint-André pour l’ensemble de ses projets.

La plus grande technopole de France et d’Europe, fondée en 1969, Sophia Antipolis a signée une convention de partenariat avec la ville de Saint-André mais aussi avec la CIREST pour l’ensemble du territoire Est. Les Présidents du Conseil Départemental Cyrille Melchior et Régional : Didier ROBERT, présents à l’événement, ont salué cette initiative de Jean-Paul Virapoullé qui permet grâce à ce partenariat fort, d’apporter une expertise, un soutien technologique pour les projets tels que le Port de Bois Rouge, l’éco-technoport, la technopole Est. Ces projets vont apporter à notre territoire et à notre île, de nouvelles richesses, des emplois, la création d’un avenir plus serein pour les générations à venir.

Mardi 17 avril, dans la salle du conseil de l’hôtel de ville, Jean-Pierre Mascarelli, Président de Sophia Antipolis, a salué l’excellence des projets fédérateurs que portent Jean-Paul Virapoullé pour la ville de Saint-André et le territoire de la CIREST et pour La Réunion. Il a pris connaissance de l’avancée des études stratégique et de faisabilité concernant le Port de Bois Rouge. Il y a de nouvelles opportunités qui sont actuellement pris en compte comme le stockage et la vente de gaz naturel liquéfié (GNL). Sophia Antipolis, comme le dit le maire de Saint-André, sera comme un coach pour faciliter la réalisation et la concrétisation des projets, afin de faire de notre île une terre d’exportation. Collaborer avec une telle institution favorisera une émulsion d’idées pour l’implantation d’une pépinière d’entreprise et l’utilisation des laboratoires de recherches et développement spécialisés dans le domaine de l’eau. Sophia Antipolis est un pôle de compétitivité, elle regroupe actuellement 2 230 entreprises générant environ 36 000 emplois directs en recherche scientifique de pointe dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), du multimédia, des sciences de la vie (médecine, biochimie et agronomie), de l’énergie, de la gestion de l’eau, des risques et du développement durable, avec un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros. On y trouve également 5 000 étudiants et chercheurs. A travers cette convention, le territoire de l’Est se dote d’une collaboration avec des experts pour créer l’éco-technopole de Bois Rouge et partager ensemble des technologies. Ces technologies vont par exemple aider en collaboration avec l’association Habemus Papam et le Conseil Départemantal, le développement à Saint-André et à La Réunion de la filière des plantes médicinales et des plantes à parfum. Ces ressources associées à l’eau profonde des mers qui sera captée à Saint-André va propulser la Réunion sur la scène économique mondiale, un souhait que formule Jean-Paul Virapoullé.

crédits | mentions légales | contact | plan du site | accessibilité