retrecir le texte agrandir le texte
imprimer cet article Imprimer | envoyer à un ami Envoyer à un ami | flux rss | Partager
Sécurité dans les quartiers : la Ville mise sur la « Participation citoyenne »

Le 11 Juin 2018 à la Mairie de Saint-André, a été signé un « Protocole de participation citoyenne » destiné à « apporter une action complémentaire et de proximité dans la lutte contre les phénomènes de délinquance » dans la ville. Ce nouveau dispositif définit une « approche territoriale de la sécurité » en « empruntant la forme d’un réseau de solidarités de voisinage constitué d’une ou plusieurs chaînes de vigilance structurées autour des habitants d’un même quartier ».

Il doit permettre aux citoyens d’alerter la police de tout événement suspect ou de nature à troubler la sécurité des personnes et des biens. « Ces signalements vont de la nuisance sonore, à la pousse automobile en passant par des suspicions de rôdeurs et de l’errance animale » a expliqué Jean-François Lebon, départemental de la Sécurité publique lors de la cérémonie de signature à l’Hôtel de ville de Saint-André. Et d’ajouter : « Ce dispositif n’a pas vocation à se substituer à l’action de la Police nationale ».

Le dispositif prévoit des « référents vigilants » dans les quartiers à qui les résidents peuvent transmettre les dysfonctionnements liés à la sécurité. Ces bénévoles, choisis pour leur honorabilité et leur disponibilité, auront à leur tour, comme interlocuteurs privilégiés, un correspondant et un suppléant préalablement désignés au niveau du commissariat de Saint-André.

Trois premiers quartiers sont concernés par le dispositif « Participation citoyenne » : Fayard, La Cressonnière et le quartier du Chemin de l’Etang. Les habitants y seront « sensibilisés aux phénomènes de la délinquance au cours de réunions publiques organisées par le Maire et un représentant de la Police nationale ». Ils seront amenés à « accomplir des actes élémentaires de prévention (surveillance des logements temporairement inhabités, ramassage du courrier des vacanciers…) mais ne doivent en aucun cas se substituer aux mission des forces de l’ordre et du maire, par leur comportement ou une initiative personnelle ».

Des signalétiques seront implantées aux entrées des quartiers concernés par le dispositif pour « informer les personnes mal intentionnées qu’elles pénètrent dans un domaine où les résidents sont particulièrement vigilants et signalent aux forces de sécurité toute situation qu’ils jugent anormale »

Un article du protocole prévoit la tenue de réunions trimestrielles d’échanges et de suivi du dispositif entre le Maire, les référents vigilants et les représentants du commissariat de la ville.

Expérimenté pour une durée d’un an, renouvelable par tacite reconduction, le protocole a été signé le 11 Juin 2018, par l’adjointe à la Politique de la Ville Viviane Payet Ben Hamida représentant le Maire Jean-Paul Virapoullé d’une part, et par la Sous-préfète Christine Geoffroy représentant l’État et Jean-François Lebon, directeur départemental de la Sécurité publique, d’autre part.

crédits | mentions légales | contact | plan du site | accessibilité