retrecir le texte agrandir le texte
imprimer cet article Imprimer | envoyer à un ami Envoyer à un ami | flux rss | Partager
Echange culturelle de la Communauté Mahoraise

Le samedi 23 août, sur le parking du centre commercial de Saint-André, les Mahorais ont présenté une chorégraphie du moulidi en chants et en danses. Le Maire de Saint-André et ses élus ont tenu à saluer cette communauté qui a longtemps été oubliée.

Cette journée culturelle typiquement mahoraise a débuté dès 9h00, en face de la salle des Fêtes. La communauté a ouvert ses portes à l’ensemble de la société réunionnaise, en proposant 2 parties : le matin était réservé uniquement pour les hommes et dans l’après-midi, c’était au tour des femmes de présenter leurs spectacles. Vêtues de leurs plus beaux habits, ces mahoraises et mahorais nous ont offert des chants et des danses synchronisés au rythme du Tari (instrument mahorais). Plus loin, un atelier d’henné tenu par des jeunes, proposait également des tatouages sur la main, un petit plus pour embellir ces femmes. Pendant ce temps, lors de son discours, le Maire de Saint-André a déclaré : Je soutiendrai la communauté Mahoraise à mieux s’intégrer dans la société réunionnaise en accompagnant Dalila Soabahadine, l’élue du développement fraternel dans ses projets » et Monsieur Virapoullé Jean Paul poursuit « chacun doit être fier de sa culture, chacun doit enrichir la culture réunionnaise de sa différence » et pour terminer, ce dernier rajoute « la différence n’est pas une frontière. Si l’on a compris cela, la haine n’a plus de sens ». Quant à Dalila, elle déclare : « mon objectif pour la communauté Mahoraise, c’est que ces derniers décident d’aller à l’encontre des autres pour mieux vivre ensemble, une action difficile mais envisageable ». Vers 18h00, la manifestation de la fête du développement fraternel a pris fin pour se donner rendez-vous à la prochaine édition. Texte et photos par MAT

crédits | mentions légales | contact | plan du site | accessibilité